Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Le « silence-après » d’Yves Klein (1958-1961)

The “after-silence” of Yves Klein
Noémi Joly
p. 74-84

Résumés

Le corpus sonore et musical de l’œuvre d’Yves Klein se résume à sa célèbre Symphonie Monoton et à son paratexte. Cette œuvre convoque différentes temporalités, dans les strates de son élaboration, dans son immanence même, mais aussi et surtout dans le jeu d’échanges, immédiats ou temporisés, qui se tissent avec la pensée de ses contemporains. L’article se propose d’examiner le déploiement de ce projet dans le temps, de son invention conceptuelle à ses prémices autour de la création d’un son unique et électronique avec Pierre Henry et de la réflexion autour d’un continuum spatial et sonore avec Karlheinz Stockhausen. Tardivement renommée Symphonie Monoton-Silence, la pièce accuse la réception dif-férée du silence de John Cage par son ultime caractérisation, celle du « silence-après ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Paris, printemps 1958  : une collaboration inachevée avec Pierre Henry
Gelsenkirchen, 1959  : l’immédiat retour aux codes musicaux
Cologne, 1959  : l’échec d’un environnement sonore avec Karlheinz Stockhausen
Düsseldorf, automne 1958, New York, avril 1961  : la réception différée du silence de John Cage

Aperçu du début du texte

Le corpus sonore et musical de l’œuvre d’Yves Klein se résume à sa célèbre Symphonie Monoton et à son paratexte, dont l’apparente évidence – la monotonie comme équivalent conceptuel et sonore de la monochromie picturale – aura sans doute découragé les tentatives d’études plus approfondies. Et pourtant, si un tableau monochrome d’Yves Klein se caractérise bien par une couleur uniformément appliquée sur une toile, sans nuance de touche ni de valeur, la monotonie ne se laisse pas si aisément caractériser dans ses manifestations audibles. Le déploiement diachronique de cette création musicale eut pour effet sa reconfiguration en de multiples immanences, des premières sonorités électroniques (vers 1958-1959) à la mise en évidence du silence (1960-1961), en passant par son instrumentation pour chœur et orchestre de chambre lors de sa première présentation publique (1960). La Symphonie Monoton ne se contentait pas d’infiltrer la frontière rendue poreuse entre arts de l’espace et du temps. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noémi Joly, « Le « silence-après » d’Yves Klein (1958-1961) », Marges, 19 | 2014, 74-84.

Référence électronique

Noémi Joly, « Le « silence-après » d’Yves Klein (1958-1961) », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://marges.revues.org/991 ; DOI : 10.4000/marges.991

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org