Navigation – Plan du site
Thématique

In the Realm of the Carceral. Robert Morris et le pouvoir disciplinaire

In the Realm of the Carceral. Robert Morris and disciplinary power
Anaël Lejeune
p. 29-43

Résumés

L’intérêt de Robert Morris pour la pensée de Michel Foucault remonte au début des années 1970. Il trouve l’une de ses expressions les plus manifestes dans sa série de dessins, In the Realm of the Carceral (1978), inspirée par la lecture de Surveiller et Punir. Nous souhaitons suggérer comment la fréquentation des écrits du philosophe français au cours de cette décade a conduit Morris à renégocier un certain nombre de thèmes liés à la question du corps, enjeu majeur de sa première production minimaliste et à leur donner une inflexion politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Minimalisme
Désordre
Espace-temps social
Dispositif de pouvoir
Le domaine du carcéral

Aperçu du début du texte

Au cours de l’année 1978, Robert Morris exécute une suite de dessins à l’encre noire, de grand format (84,5 x 114,3 cm) regroupés sous le titre In the Realm of the Carceral. Les douze dessins composant la série offrent autant de vues d’éléments ou de structures qui empruntent à l’architecture sécuritaire et pénitentiaire  : murs d’enceinte, cour des détenus, poste d’observation, etc. D’un point de vue formel, Morris a réservé à l’architecture un traitement linéaire et épuré. Elle se dessine à partir d’aplats géométriques noirs, dépourvus de variations et de nuances, que complète un réseau de lignes droites à l’économie très mesurée campant la profondeur. çà et là, cette économie formelle provoque l’apparition de figures très proches de la production sculpturale antérieure de l’artiste. Ces moyens délibérément réduits, le dessin Observation Yards semble d’ailleurs les présenter à la manière d’une grammaire plastique  : un poteau, une bande en dépression et un triangle. Non pas point,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaël Lejeune, « In the Realm of the Carceral. Robert Morris et le pouvoir disciplinaire », Marges, 20 | 2015, 29-43.

Référence électronique

Anaël Lejeune, « In the Realm of the Carceral. Robert Morris et le pouvoir disciplinaire », Marges [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://marges.revues.org/976 ; DOI : 10.4000/marges.976

Haut de page

Auteur

Anaël Lejeune

Anaël Lejeune est Docteur en Histoire de l’art et Chargé de Recherches auprès du F.R.S.-F.N.R.S. (Belgique). Il co-anime la plateforme éditoriale et curatoriale, (SIC), basée à Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org