Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Vexations. Les deux temps d’une œuvre

Vexations. The two separate times of a music piece
Violeta Nigro-Giunta
p. 61-73

Résumés

Vexations est un motif pour piano composé par Erik Satie en 1893. Sa singularité réside dans le fait que le compositeur français ait indiqué de le répéter 840 fois. La première édition de Vexations (en 1949) et sa première interprétation intégrale (1963) sont venus de la main de John Cage et ont fait figure de véritable manifeste esthétique. En 2001, le IUNA (Instituto Universitario Nacional del Arte) de Buenos Aires donnera une interprétation de Vexations durant une semaine afin de réagir contre des réformes politiques du système éducatif. Ainsi, cet article analyse plusieurs interprétations de l’œuvre afin de s’interroger sur les différentes temporalités de la musique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Vexations et ses exégètes.
John Cage et l’importance des durées
Vexations X8 : musique et politique à Buenos Aires

Aperçu du début du texte

« Pour se jouer 840 fois de suite ce motif, il sera bon de se préparer au préalable, et dans le plus grand silence, par des immobilités sérieuses » : ainsi se lit la Note pour l’interprète dans la partition de Vexations, une œuvre qu’Erik Satie a composée entre janvier et juin 1893 . Ce motif, en principe pour piano, consiste en un thème mélodique qui se répète quatre fois, selon différentes harmonisations : les quatre présentations du thème avec les différents accompagnements donnent la forme A – A1 – A – A2. Le motif, la Note pour l’interprète et l’indication Très lent sont les seuls éléments qui composent la partition. Ces 840 répétitions, qui ont dès lors généré une abondante littérature, changent toute la portée dramatique de l’œuvre : la durée devient un paramètre de composition d’importance égale aux rythmes et aux notes. On peut ainsi dire que Vexations est l’une des premières œuvres à contenir une réflexion explicite sur le temps.

Vexations n’a été ni jouée ni imprimée du vi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Violeta Nigro-Giunta, « Vexations. Les deux temps d’une œuvre », Marges, 19 | 2014, 61-73.

Référence électronique

Violeta Nigro-Giunta, « Vexations. Les deux temps d’une œuvre », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://marges.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/marges.965

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org