Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Récit, imagination et postérité graphique  : la Vittoria de Tinguely réinventée

La Vittoria, as narrated by Tinguely
Deborah Laks
p. 50-60

Résumés

Lors d’un entretien de 1971 avec Alfred Pacquement et Éric Michaud, Jean Tinguely est revenu sur l’histoire de la Vittoria, son œuvre éphémère créée pour le festival du Nouveau Réalisme à Milan en 1970. Le récit et les dessins qu’il fait rétrospectivement de la Vittoria deviennent des extensions de l’œuvre et des repères pour son historicisation. Nous proposons de considérer que ces deux sources produisent une œuvre supplémentaire, imaginaire ou conceptuelle, dont le fonctionnement diégétique repose sur une multiplicité de temporalités imbriquées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Récit épique d’un chaos organisé
Le dessin  : réappropriation et postérité d’une œuvre

Aperçu du début du texte

La Vittoria appartient à la catégorie des sculptures autodestructrices de Jean Tinguely. Elle a été réalisée en novembre 1970 à Milan lors du Festival célébrant les dix ans du Nouveau Réalisme. Cette œuvre éphémère nous est connue par des vidéos, des photographies, des dessins – dont la plupart, nous allons le voir, sont postérieurs à la sculpture – ainsi que par des témoignages, parmi lesquels celui de l’artiste lui-même. L’entretien de Jean Tinguely conservé à la Bibliothèque Kandinsky comporte en effet une partie portant spécifiquement sur sa sculpture la Vittoria Ce témoignage fondamental est livré le 5 mai 1971, c’est à dire à peine six mois après la réalisation de la Vittoria. Il en constitue en quelque sorte la «  version officielle ».

Dans le cas d’une œuvre éphémère, le discours de l’artiste, déjà source primaire, possède une valeur particulière. Mais la qualité de cette archive orale n’est pas qu’historique et testimoniale. Tinguely y fait preuve de qualités narratives tell...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deborah Laks, « Récit, imagination et postérité graphique  : la Vittoria de Tinguely réinventée », Marges, 19 | 2014, 50-60.

Référence électronique

Deborah Laks, « Récit, imagination et postérité graphique  : la Vittoria de Tinguely réinventée », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://marges.revues.org/945 ; DOI : 10.4000/marges.945

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org