Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Le parcours à l’œuvre. Temps, espace et déplacement dans l’œuvre de Matthew Barney

The path at work. Time, space and movement in the work of Matthew Barney Guillaume Baychelier
Guillaume Baychelier
p. 38-49

Résumés

On examinera en quoi la pratique de Matthew Barney est ouverte à des temporalités multiples. Nous analyserons comment ses œuvres reposent sur une approche temporelle processuelle inspirée du biologique. Nous verrons comment processus de développement corporel et processus poïétiques viennent à se confondre, impliquant dans l’œuvre de Barney une création par la contrainte, dans la résistance. Enfin, nous verrons comment la création, la performance et même la présentation de ces œuvres ont à voir avec le parcours, véritable exercice de création dans le temps et l’espace.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le temps d’un processus
Du parcours comme exercice poïétique
Du parcours comme reenactment du temps de création de l’œuvre
Du parcours comme temps d’appréciation de l’œuvre
« No walk, no work »

Aperçu du début du texte

La pratique vidéo de Matthew Barney est ouverte à des temporalités multiples, multiscalaires. Au-delà de l’observation des différents régimes de temporalité propres au médium, ses œuvres s’offrent à une lecture complexe de leurs «  valences temporelles ». Celle-ci est d’autant plus ardue que temps et espace y sont clairement impossibles à désintriquer. Ils constituent de concert la matière même des œuvres, coopérant dans un dialogue toujours renouvelé, de la génération à la réception de l’œuvre – de l’artiste au spectateur. Pour comprendre les œuvres de Barney, il s’agit au préalable de se pencher plus avant sur ce qui constitue leur matérialité et leur texture afin d’en saisir la teneur pluridisciplinaire. Le terrain de lecture et d’analyse qu’offre l’œuvre de Barney à tout spectateur est particulièrement mouvant et sibyllin – à l’image des thématiques complexes, des renvois permanents de symboles, de la très forte intertextualité et autoréférentialité qui tissent ses œuvres. La di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Baychelier, « Le parcours à l’œuvre. Temps, espace et déplacement dans l’œuvre de Matthew Barney », Marges, 19 | 2014, 38-49.

Référence électronique

Guillaume Baychelier, « Le parcours à l’œuvre. Temps, espace et déplacement dans l’œuvre de Matthew Barney », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://marges.revues.org/943 ; DOI : 10.4000/marges.943

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org