Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Quand l’image condense le temps. Visite extraordinaire au Musée de l’Ermitage dans L’Arche russe

When the image condenses time. An extraordinary visit to the Hermitage Museum in The Russian
Francis Gauvin
p. 26-37

Résumés

L’analyse des différentes temporalités dans le film L’Arche russe (Sokourov, 2002) montre que le dédoublement entre le présent et le passé, propre à l’image cinématographique, permet au plan‑séquence de simuler le regard vécu d’un être qui, en explorant le Musée de l’Ermitage, rencontre par le fait même l’histoire dans laquelle il s’enracine ; et que ce dédoublement serait au cœur des processus sémiotiques par lesquels on entre en relation avec le monde.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’histoire juxtaposée
Le panorama historique
Perspectives sur le temps
Interpréter le présent, faire face à l’Histoire

Aperçu du début du texte

« Ce qui vient à nous est en route depuis longtemps. »

Dans son livre intitulé Les Laboratoires du temps, Alain Fleischer énonce qu’un « musée n’est pas plus conçu pour être filmé qu’une architecture n’est imaginée pour donner de belles ruines ». Pour lui, le musée ne peut qu’être expérimenté : « Il est d’abord destiné au visiteur […] qui reste libre de son parcours : hésitations, explorations, haltes prolongées, accélérations, ralentissements, retours en arrière, raccourcis, évitements. Le visiteur à qui le musée est destiné n’est pas le passager d’un de ces trains fantômes des fêtes foraines dont l’itinéraire est obligatoirement ponctué par des spectacles et des surprises qui attendent à poste fixe. Ces chariots, ces rails, ces mouvements réglés, ces perspectives organisées sont ceux du film, de la caméra. ».

Certes, un musée doit être expérimenté de l’intérieur. Une visite externe, par le truchement d’une caméra, ne rend pas justice à l’expérience muséale, ni au musée en soi. Cela...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Gauvin, « Quand l’image condense le temps. Visite extraordinaire au Musée de l’Ermitage dans L’Arche russe », Marges, 19 | 2014, 26-37.

Référence électronique

Francis Gauvin, « Quand l’image condense le temps. Visite extraordinaire au Musée de l’Ermitage dans L’Arche russe », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://marges.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/marges.941

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org