Navigation – Plan du site
Thématique : Les temps de l'art

Immobilité et fragmentation, présence et mémoire  : les temps suspendus de la Factory

Immobility and fragmentation, presence and memory : suspended times of the Factory
Justin S. Wadlow
p. 18-25

Résumés

En refusant toute forme d’action Andy Warhol accueille et matérialise la présence envahissante du plan, que celui-ci soit un homme qui dort ou un gratte-ciel. Le temps est ainsi l’unique sujet des films de la Factory, et leur absence de montage nous plonge au cœur de l’écoulement lui-même. Là où Andy Warhol travaille les images de façon totalement immobile et comme hors du temps, Jonas Mekas travaille à l’inverse sur la prolifération incessante des évènements et des temporalités.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Run, Run, Run  : le temps immobile
Faces and Names  : le vide et le plein
Forever Changed  : les métamorphoses du temps
Garden City  : le temps fragmenté
Just a Story From America  : Le temps de la mémoire
Diamonds By The Yard  : les multiples reflets de la lumière et du temps

Aperçu du début du texte

Les films d’Andy Warhol et de Jonas Mekas ont en commun la volonté de redéfinir la notion centrale de temporalité. Tout oppose pourtant ces cinémas réalisés côte à côte par deux amis au sein de la Factory  : l’un est figé de manière immuable dans le temps et dans l’espace, alors que l’autre est profondément élégiaque et poétique, toujours ouvert sur l’instant et sa fragilité. Il s’agit donc pour nous de définir deux regards se posant sur un même objet, le temps quotidien et sa banalité  : premièrement le regard de la méduse qui fossilise tout objet vivant, puis deuxièmement celui du papillon qui n’a de cesse de courir après les êtres et leurs multiples transformations. Au cœur de ces deux cinémas nous mettrons également en évidence la présence ambiguë de la mémoire  : niée chez Andy Warhol car remplacée par un présent intemporel, au contraire constamment réactivée chez Jonas Mekas dont les images sont pétries de la nostalgie d’un éternel retour. Chaque œuvre propose ainsi un enchevê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justin S. Wadlow, « Immobilité et fragmentation, présence et mémoire  : les temps suspendus de la Factory », Marges, 19 | 2014, 18-25.

Référence électronique

Justin S. Wadlow, « Immobilité et fragmentation, présence et mémoire  : les temps suspendus de la Factory », Marges [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://marges.revues.org/939 ; DOI : 10.4000/marges.939

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org