Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d’exposition

Bilan du 1er Forum des revues de recherche en art

Université Paris 8, 17 novembre 2005
Nathalie Fougeras
p. 139-141
Référence(s) :

Bilan du 1er Forum des revues de recherche en art. Université Paris 8, 17 novembre 2005

Texte intégral

1La matinée a été consacrée à la présentation de chaque revue ; à la suite de quoi, certains points communs ont été discutés.

2C’est d’abord la question de la maquette qui a été abordée. La plupart des revues ont élaboré leur maquette dans le but de rendre visible une identité spécifique. Ainsi, la revue Culture et Musées (Univer­sité d’Avignon et des Pays du Vaucluse) explique même que c’est la maquette comme le contenu qui ont particulièrement intéressé la maison d’édition Actes Sud. Une maquette commune à tous les numéros d’Études théâtrales (Univer­sité de Louvain-la-Neuve, Belgique) permet de maintenir une identité visuelle alors même que différents intervenants du milieu scientifique et artistique sont réunis pour chaque numéro thématique. Conserver la même maquette pour chaque numéro est aussi le choix de Marges (Université Paris 8), pour asseoir sa visibilité et faciliter sa mise en page. La revue en ligne Imagesre-vue (groupement de trois laboratoires de l’ehess, Paris) a tenu compte pour la réalisation de sa maquette des impératifs propres au web : afficher de façon satisfaisante les textes des auteurs et les images appuyant leurs analyses théoriques et en permettre le téléchargement gratuit grâce à des fichiers adéquats.

3D’autres intervenants – telles que les éditions Incertain sens (Université Rennes 2) plate-forme pour l’édition de livres d’artistes ou Anomalie (association « Anomos ») – préfèrent adapter leur maquette à la thématique des numéros ou en fonction des partenariats ponctuels et intervenants spécifiques à un projet donné.

4La question des subventions et des aides accordées aux revues a également fait l’objet d’une discussion. Certaines bénéficient de financements institutionnels : aide du cnl pour Études théâtrales ; soutien du ministère de la culture et de la communication (cnap, drac ou frac) pour Culture et Musées, Critique d’art, Anomalie et l’éditeur Incertain sens ; aide d’un fond régional ou d’une fondation pour Culture et Musées et Critique d’art ; aide de la Communauté française de Belgique et de la Fondation Universitaire de Belgique pour Études théâtrales.

5De nombreuses revues ont fait appel à une maison d’édition ou à une co-édition : Culture et Musées avec Actes Sud, Anoma­lie avec la Maison européenne de la photographie ; partenariat entre l’équipe de recherche en Arts plastiques « ea 4010 » de l’Université Paris 8 et l’association amp8.

6Les questions de diffusion et de distribution des numéros de chaque revue sont abordées depuis plusieurs points de vue : nombre d’exemplaires tirés, diffusions, rôle ou non de l’abonnement pour une revue, annonce d’un numéro paru. La parution d’un numéro est liée à la question du public et est également évoquée lors de cette matinée. Les revues papiers d’ordre scientifique sont tirées en moyenne à 1 000 exemplaires. Dans ce cas – comme pour Études théâtrales, Culture et Musées, Anomalie et Critique d’art –, les aides financent partiellement ou totalement les parutions. D’autres revues s’auto-financent : le recours aux services intégrés aux universités – revue papier Marges – ou à la mise en ligne via Internet – Imagesre-vue – garantissent un faible coût de revient. La diffusion, quant à elle, relève alors de la mobilisation des membres de la rédaction pour assurer la distribution en librairie des numéros : c’est le cas de Marges, Études théâtrales ou des éditions Incertain sens (lors de rencontres ou foires de livres d’art). Les autres revues bénéficient de diffuseurs.

7L’abonnement s’avère essentiel pour certaines revues de type scientifique, telles que Culture et Musées, Marges, Imagesre-vue et Critique d’art. Il assure en effet la visibilité de ce genre de revues auprès de leurs publics, scientifiques ou spécialistes de l’art. Leur achat par les institutions ou les bibliothèques passent obligatoirement par l’abonnement papier ou en ligne. Chaque revue met donc en place des stratégies de visibilité grâce à des annonces transmises à l’aide de différents médias : l’abonnement (Culture et Musées, Imagesre-vue et Critique d’art) ; les annonces dans des listes de diffusion en ligne ou des portails Internet de revues (Marges et Imagesre-vue) ; la création d’une banque de données (Critique d’art) ; l’association ponctuelle liée à un événement (les derniers numéros d’Anomalie avec la mep., par exemple).

8Chaque revue a souligné l’importance d’une thématisation des numéros. Construire un numéro autour d’une thématique permet, en effet, de problématiser davantage son contenu et de s’adresser à un public plus spécifique. C’est en général en se rattachant à des événements inter-scientifiques, artistiques ou culturels que se structurent ces numéros : publication d’actes de colloques (n° 27, 28 et 29 des Études théâtrales, consacrés à « Arts de la scène, scène des arts ») ; de journées d’études (« Art et savoirs » dans le n° 4 de Marges) ; association à un événement artistique (derniers numéros d’Anomalie consacrés au festival « Art Outsiders » à la mep ou à « Brasil ») ; bilan d’une situation culturelle (n° 4 de Culture et Musées à propos des « Friches, squats et autres lieux ») ; l’approche transversale d’une thématique (premier numéro en ligne de Imagesre-vue, théories en art, de l’art antique à la période contemporaine).

9Du côté de la rédaction, nombreuses sont les revues qui font appels à des contributions afin de publier des chercheurs tous statuts confondus (doctorants, enseignants, chercheurs de laboratoires, artistes-chercheurs). Les auteurs et les intervenants changent ainsi souvent, selon les thématiques abordées. Les articles sont sélectionnés en fonction de leur qualité et de leur capacité à problématiser une démarche artistique (qu’ils soient liés à la thématique choisie ou qu’ils fassent partie d’un éventuel « Varia »). Les comités de rédaction sont donc constitués de membres réguliers ou d’une équipe ponctuelle, fixée pour un numéro autour d’une thématique donnée.

10Ces débats ont surtout occupé l’après-midi, essentiellement consacré aux questions de reconnaissance scientifique des revues de format universitaire et de transdisciplinarité de la recherche en art. Ont ainsi débattues des questions telles que la contribution ou non d’un spécialiste lorsqu’un numéro est thématique. L’exemple de Marges, qui consacre son cinquième numéro à « l’Expo­sition », permet de lister un certain nombre de problèmes rencontrés : débats, critères de choix d’articles, ton employé. Les membres de la revue Études théâtrales expliquent qu’ils font appel à un réseau d’universités, et aussi à des metteurs en scène, comédiens, chorégraphes ou régisseurs pour réunir ces articles.

11La présentation et / ou publication en ligne des revues, sur le web ont fait aussi l’objet d’une discussion. Elle se conclut sur le fait que ces deux types de publications ne s’opposent pas mais au contraire se complètent. Marges évoque la possibilité de publication en ligne de résumés français et anglais de ses numéros et d’une refonte de sa présentation pour Internet. Toutes les revues ont des pages Internet présentant leurs différents numéros.

12La journée s’est terminée par l’évocation de deux projets. L’Institut Charles Cros de Marne-la-Vallée lance sa revue dont le premier numéro est consacré à la publication d’un séminaire en cours « L’Œil pour écouter, l’Oreille pour voir », auquel participent des enseignants chercheurs et des doctorants. Les doctorants de l’Université d’Amiens, de leur côté, mettent en avant la multidisciplinarité de leur équipe (art, anthropologie…) et souhaitent créer une revue interdisciplinaire. Ils débattent actuellement de la composition d’un comité de rédaction, voire d’un comité scientifique ainsi que de la participation d’intervenants extérieurs, afin que la revue soit validée par l’ensemble de la communauté scientifique.

13La reconnaissance par la communauté scientifique ainsi que la pérennité de ces différentes démarches éditoriales restent les deux enjeux fondamentaux de l’ensemble de ces revues à vocation scientifique. Par leur participation active à ce premier forum de discussion des revues de recherche en art, les équipes de ces différentes revues ont montré leur désir et besoin de mettre en commun des savoirs et des savoir-faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Fougeras, « Bilan du 1er Forum des revues de recherche en art », Marges, 05 | 2007, 139-141.

Référence électronique

Nathalie Fougeras, « Bilan du 1er Forum des revues de recherche en art », Marges [En ligne], 05 | 2007, mis en ligne le 25 juillet 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://marges.revues.org/699

Haut de page

Auteur

Nathalie Fougeras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org