Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d’expositions

Bettina Rheims et Serge Bramly, « Rose c’est Paris »

8 avril-11 juillet 2010, Bibliothèque Nationale de France, Site Richelieu, Galerie de photographie
Camille Paulhan
p. 150-151
Référence(s) :

Bettina Rheims et Serge Bramly, « Rose c’est Paris ». 8 avril-11 juillet 2010, Bibliothèque Nationale de France, Site Richelieu, Galerie de photographie

Texte intégral

1La Bibliothèque Nationale de France a choisi Bettina Rheims pour sa grande exposition du printemps 2010. L’ensemble de photographies exposées sous le titre « Rose c’est Paris » repose sur un argument qui semble issu des pires romans-photos du magazine Nous deux : une jeune fille recherche sa jumelle dans les rues de Paris. Les photos en noir et blanc nous font déambuler dans un Paris qu’un guide touristique aurait presque honte de présenter ainsi, de la tour Eiffel au Sacré Cœur en passant par les plus mauvais clichés de la ville : Moulin-Rouge, tables de cafés, et surtout beaucoup de dentelle, de bodys, de guêpières et de cheveux dans le vent. Pourtant, les différents entretiens menés par l’artiste ainsi que les textes que l’on avait pu lire sur l’exposition nous promettaient tout autre chose : une présentation de photographies aux accents « surréalistes » et duchampiens. Tout un programme, donc, qui s’évanouit à la vue des premières photographies. Le surréalisme se voit réduit à quelques motifs — Fantômas et une femme chauve  — et techniques — surimpressions et jeux de miroirs à gogo. Quant à Duchamp, mis à part le titre faisant référence à son alter-ego (mais cette fois-ci sans aucun humour ni second degré), on retrouve çà et là une pissotière-bidet, un joueur d’échecs et un Étant-donnés... épilé à la brésilienne. Et Clovis Trouille se retournerait probablement dans sa tombe de voir ses « peintures idiotes » et joyeuses ici grimées dans des mises en scène académiques. Rien de très réjouissant en effet dans ce débordement de femmes nues et à demi-nues, petites, grandes, grosses, minces, décoiffées ou pas, dans tous les cas irréprochables. Il n’y a rien de « trash » dans les photographies de Rheims — contrairement à ce que pouvait laisser entendre Fabrice Bousteau dans le supplément de Beaux-Arts magazine. Un œil dégoulinant d’eye-liner, une mannequin obèse en porte-jarretelles et cinq punks beaux comme des modèles de Jean-Paul Goude n’ont jamais transformé la photographie la plus consensuelle en photo « trash ». Au lieu de cela, baguettes de pain et accordéon joué par des musiciens aveugles sont au rendez-vous, côtoyant les fantasmes sexuels les plus éculés, du triolisme SM au lesbianisme de femmes éperdues et à moitié nues en manteau de fourrure posant sur un quai de gare vide ou sur le canapé d’un appartement de ministre du 7e arrondissement. Chez Rheims, la femme attend — les yeux dans le vide si possible la main pendante — son sauveur (souvent un bellâtre un peu trop âgé). Les connotations érotiques sont d’un ennui parfait, de la femme-enfant suçant avec délice un revolver à la grotte humide qui suinte (on ne fera pas de dessin).

2Et encore, s’il n’y avait que les photographies, passe encore. Mais il y a aussi le travail de Serge Bramly. Toute aspiration à sauver les perruques blondes, les chandeliers, les talons hauts et les loups noirs s’évanouit dès les premières images du film. Trois projections nous le présentent dans l’exposition, au cas où on n’aurait pas voulu s’arrêter dès la première salle. L’espoir d’imaginer tous ces modèles avachis après déclenchement de l’appareil disparaît avec ce film qui retrace l’histoire de la jeune Rose à travers les différentes photographies de l’exposition, dont les séances de pose ont été filmées. Une voix off doucereuse accompagne ce film autoritaire qui nous montre ce qu’il y a à regarder dans le reste de l’exposition.

3Il n’y a malheureusement pas grand-chose à sauver de la proposition de Bettina Rheims, d’une monotonie affligeante si ce n’est quelques beaux portraits convenus de vedettes. Comment la BNF a-t-elle pu s’engager dans une proposition aussi indigente qu’indigeste ? La faute peut-être au mécène… Champagne !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Paulhan, « Bettina Rheims et Serge Bramly, « Rose c’est Paris » », Marges, 11 | 2010, 150-151.

Référence électronique

Camille Paulhan, « Bettina Rheims et Serge Bramly, « Rose c’est Paris » », Marges [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://marges.revues.org/480

Haut de page

Auteur

Camille Paulhan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org