Skip to navigation – Site map
Thématique

Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde

Translating as an artistic practice. Five propositions at the interface South Africa/World
Katja Gentric
p. 74-85

Abstracts

In South Africa the coexistence of multiple languages is felt in the artistic practices, who become like an interface between epistemological spaces. It is the case in the practices of Lerato Shadi, Willem Boshoff, Moshekwa Langa, the duo Dorothée Kreutzfeldt/Bettina Malcomess and the collective The Center for Historical Reenactments. Nourished by post apartheid critique these works take on the form of a personal fiction, performance close to actionism or “actions furtives” performed by an artist-researcher in his relationship with the historicity of linguistic and social phenomena linked to language.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

Afrique
Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Traduire  : Activisme/Action/Processus réciproque
Apartheid/post-apartheid  : deux strates parmi d’autres
Le malentendu et sa part de fiction
Processus réciproques sans équivalence
À propos de l’utilisation de la notion de traduction (un phénomène et son historique)
Traduire comme pratique artistique  : une proposition-interface

Text / first lines

Depuis les premières élections démocratiques en avril 1994 et la promulgation de la nouvelle Constitution par le président Nelson Mandela le 10 décembre 1996, l’Afrique du Sud reconnaît onze langues officielles. Le quotidien du pays reflète la coexistence de multiples langues qui trouvent un écho dans le travail des artistes contemporains. Ce pluralisme des langues transforme la traduction en une nécessité quotidienne.

La traduction est une notion qui porte a priori une connotation positive, fréquemment utilisée sous forme de métaphore bien intentionnée, propice à l’apprentissage et au partage. D’un point de vue purement pragmatique, la traduction permet en effet de communiquer au-delà d’un champ culturel individuel immédiat et est une notion cruciale pour la communication et la transmission des savoirs à l’échelle globale. La situation sud-africaine ajoute à ce scénario de coexistence bienveillante un autre versant  : celui d’un passé problématique toujours en mal de réconciliation,...

Top of page

References

Bibliographical reference

Katja Gentric, « Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde », Marges, 23 | 2016, 74-85.

Electronic reference

Katja Gentric, « Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde », Marges [Online], 23 | 2016, Online since 20 October 2018, connection on 23 June 2017. URL : http://marges.revues.org/1201 ; DOI : 10.4000/marges.1201

Top of page

About the author

Katja Gentric

Katja Gentric est historienne de l’art, artiste et chercheuse associée au Centre Georges Chevrier, Dijon.

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Vincennes

Top of page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org