Navigation – Plan du site
Thématique

Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde

Translating as an artistic practice. Five propositions at the interface South Africa/World
Katja Gentric
p. 74-85

Résumés

En Afrique du Sud la coexistence de multiples langues trouve un écho dans les pratiques d’artistes qui se situent à l’interface entre deux milieux  : Lerato Shadi, Willem Boshoff, Moshekwa Langa, le duo Dorothée Kreutzfeldt/Bettina Malcomess et le collectif Center for Historical Reenactments. Nourri de la critique de la situation post-apartheid, ce travail prend la forme de fictions personnelles, de performances proche des arts vivants ou d’actions furtives réalisées par un artiste-enquêteur dans sa relation à l’historicité des phénomènes linguistiques et sociaux liés au langage.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Afrique
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Traduire  : Activisme/Action/Processus réciproque
Apartheid/post-apartheid  : deux strates parmi d’autres
Le malentendu et sa part de fiction
Processus réciproques sans équivalence
À propos de l’utilisation de la notion de traduction (un phénomène et son historique)
Traduire comme pratique artistique  : une proposition-interface

Aperçu du début du texte

Depuis les premières élections démocratiques en avril 1994 et la promulgation de la nouvelle Constitution par le président Nelson Mandela le 10 décembre 1996, l’Afrique du Sud reconnaît onze langues officielles. Le quotidien du pays reflète la coexistence de multiples langues qui trouvent un écho dans le travail des artistes contemporains. Ce pluralisme des langues transforme la traduction en une nécessité quotidienne.

La traduction est une notion qui porte a priori une connotation positive, fréquemment utilisée sous forme de métaphore bien intentionnée, propice à l’apprentissage et au partage. D’un point de vue purement pragmatique, la traduction permet en effet de communiquer au-delà d’un champ culturel individuel immédiat et est une notion cruciale pour la communication et la transmission des savoirs à l’échelle globale. La situation sud-africaine ajoute à ce scénario de coexistence bienveillante un autre versant  : celui d’un passé problématique toujours en mal de réconciliation,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katja Gentric, « Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde », Marges, 23 | 2016, 74-85.

Référence électronique

Katja Gentric, « Traduire comme pratique artistique. Cinq propositions-interfaces Afrique du Sud/monde », Marges [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://marges.revues.org/1201 ; DOI : 10.4000/marges.1201

Haut de page

Auteur

Katja Gentric

Katja Gentric est historienne de l’art, artiste et chercheuse associée au Centre Georges Chevrier, Dijon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org