Navigation – Plan du site
Notes de lecture - comptes rendus d'expositions

Black Mountain. Ein interdisziplinäres Experiment 1933-1957

Hamburger Bahnhof Museum für Gegenwart, Berlin, 5 juin – 27 septembre 2015
Frédéric Vincent
p. 172-173
Référence(s) :

Black Mountain. Ein interdisziplinäres Experiment 1933-1957, Hamburger Bahnhof Museum für Gegenwart, Berlin, 5 juin – 27 septembre 2015

Texte intégral

1La Hamburger Bahnhof présente la première exposition entièrement consacrée au Black Mountain College (BMC). Les commissaires en sont Eugen Blume et Gabriele Knapstein. Fondé en 1933 en Caroline du Nord, le Black Mountain College va rapidement devenir influent grâce à ses méthodes d’enseignement progressistes, issues des idées pédagogiques du philosophe John Dewey, dont des ouvrages originaux sont présents dans l’exposition.

2Les fondateurs voulaient une école à la fois démocratique, expérimentale et interdisciplinaire. Cette exposition retrace l’histoire de cette université expérimentale, dont les premières années doivent beaucoup aux émigrés allemands, Josef et Anni Albers, Xanti Schawinsky et Walter Gropius, tous transfuges du Bauhaus récemment fermé. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont de jeunes artistes américains qui vont donner une impulsion créatrice inédite. Le mélange entre des idées modernistes venues d’Europe et la philosophie pragmatique américaine, associé à de nouvelles méthodes d’enseignement, vont produire et encourager les initiatives personnelles.

3L’exposition commence par une salle à l’écart où sous forme de vidéos sont diffusés des témoignages d’anciens étudiants du Black Mountain College. À l’entrée, une petite vitrine dans laquelle est présentée une longue lettre de Walter Gropius à Theodore Dreier témoignent des liens d’amitiés qui unissent les deux hommes et les deux familles.

4Nous pouvons découvrir parmi les documents originaux, lettres, dessins, croquis, publications, affiches, quelques pépites comme ces études pour des tissus de Anni Albers. Retenons notamment celles constituées de petits trous dans la feuille formant des suites de formes géométriques. Au même endroit, une aquarelle de Paul Klee évoque une recherche textile. Plus loin, l’exposition présente les dessins, collages et peintures de l’artiste suisse Xanti Schawinsky pour « Spectodrama », une théorie théâtrale inspirée de son travail au Bauhaus, des mises en scène multimédia qui annoncent le happening et auront une grande influence sur les jeunes John Cage et David Tudor. Une salle est consacrée aux recherches de Charles Olson sur l’utilisation des glyphes, pour la composition de poèmes. Une autre salle présente l’influence de la statuaire Maya ainsi que des signes gravés dans la roche comme éléments originaux servant de motifs pour la réalisation de dessins, peintures et textiles. Comme on ne pouvait pas passer sous silence, l’enseignement de la musique, John Cage est omniprésent dans la seconde partie de l’exposition. Des partitions originales jalonnent le parcours du visiteur. C’est aussi dans cette seconde partie que l’on peut croiser la figure de l’architecte ingénieur Buckminster Fuller avec sa carte Dymaxion et quelques études d’éléments architecturaux.

5La scénographie a été confiée aux architectes berlinois raumlaborberlin qui ont conçu un dédale de cimaises faites d’armatures métalliques supportant des panneaux de bois sur lesquels sont imprimées de grandes photographies issues du BMC. Serait-ce une allusion au Bauhaus ou un geste scénographique devenu aujourd’hui commun et utilisé dans (presque) toutes les expositions muséales ? Est-ce un nouvel académisme scénographique ?

6L’exposition est composée ou plutôt décomposée selon différentes thématiques qu’abrite la structure scénique. Ces thématiques deviennent les chapitres d’un livre que le visiteur parcourt. Ainsi, il découvre sous et sur chacune de ces structures le rapport à l’art, aux textiles et à l’enseignement de la musique, du théâtre, de la danse ou des mathématiques. Mais l’exposition pêche par le manque d’archives proposées, à l’image de la vitrine consacrée à l’architecture et à Buckminster Fuller. On aimerait voir plus d’œuvres en regard des documents présentés. Seuls subsistent un tableau de Cy Twombly, un autre de Robert Rauschenberg et de Josef Albers. Afin de faire vivre une expérience au visiteur, il a été confié à l’artiste et compositeur Arnold Dreylatt le soin d’orchestrer un programme de performances au sein même de l’exposition. Il n’est pas rare que le visiteur croise une jeune personne qui déclame un poème, crève des ballons ou lit un texte. Pour Arnold Dreylatt, il s’agit de « performer les archives » du Black Mountain College.

7L’enjeu d’une telle exposition dans une institution est de ne pas scléroser une expérience comme celle du BMC. Nous avons vu assez d’exposition rendant inopérants des propos d’artistes d’avant-garde. L’exposition hésite cependant entre un côté participatif, notamment dans la dernière salle où les visiteurs sont invités à taper à la machine, un programme de performances timide et une rétrospective. L’exposition reste agréable et donne envie d’en savoir plus sur cette université expérimentale, un désir que le catalogue comble pleinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Vincent, « Black Mountain. Ein interdisziplinäres Experiment 1933-1957 », Marges, 22 | 2016, 172-173.

Référence électronique

Frédéric Vincent, « Black Mountain. Ein interdisziplinäres Experiment 1933-1957 », Marges [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://marges.revues.org/1141

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org