Navigation – Plan du site
Thématique

Le grand récit de la critique institutionnelle

The Grand Narrative of Institutional Critique
Nicolas Heimendinger
p. 50-63

Résumés

La critique institutionnelle offre le paradoxe d’un mouvement créé a posteriori par des critiques d’art proches de la revue October, puis réapproprié par des artistes qui ont été présentés vers 1990 comme sa « seconde génération ». Élaborée d’abord comme une « anti-esthétique » postmoderniste, la critique institutionnelle est devenue au cours des années 1980 l’instrument d’une résistance au cultural turn. Sous son aura de radicalité politique transparaît le constat mélancolique de la dissolution des avant-gardes et de l’espace public oppositionnel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’institutionnalisation de la critique institutionnelle
«  Un postmodernisme oppositionnel »
« Mémoire disciplinaire et distance critique »
« Une téléologie négative »

Aperçu du début du texte

 

« Le mouvement de la Critique Institutionnelle [a été] lancé (sans être encore ainsi nommé) à la fin des années 1960 par des artistes comme Marcel Broodthaers et Daniel Buren en Europe, et Michael Asher et Hans Haacke aux Etats-Unis. À travers ses premières manifestations, assez diverses, la Critique Institutionnelle a emprunté la voie d’une analyse critique ou d’un dévoilement ironique des structures et de la logique des musées et des galeries d’art. [Elle a été] reprise, réévaluée et baptisée de son nom dans les années 1980 par des artistes comme Andrea Fraser, Renée Green, Fred Wilson et d’autres, qui s’engagèrent dans des interventions plus interactives et performatives, et par des critiques d’art, comme Benjamin Buchloh, qui offrirent les premières histoires critiques approfondies des pionniers du mouvement […]. ».

Cette introduction à un symposium consacré à la critique institutionnelle condense de manière exemplaire l’histoire désormais canonique de ce « mouvement ». La criti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Heimendinger, « Le grand récit de la critique institutionnelle », Marges, 22 | 2016, 50-63.

Référence électronique

Nicolas Heimendinger, « Le grand récit de la critique institutionnelle », Marges [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://marges.revues.org/1094 ; DOI : 10.4000/marges.1094

Haut de page

Auteur

Nicolas Heimendinger

Nicolas Heimendinger est doctorant contractuel en Esthétique, sciences et technologie des arts et chargé de cours à l’Université Paris 8.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org