Navigation – Plan du site
Thématique

Le paradoxe situationniste : la fonction de la théorie dans l’art de Guy Debord

The Situationnist Paradox : the Function of Theory in the Art of Guy Debord
Gabriel Ferreira Zacarias
p. 10-22

Résumés

Dans cet article j’étudierai la fonction de la théorie dans l’élaboration des propositions artistiques de dérive et de situation construite, formulées par Guy Debord. En me servant des fiches de lectures inédites de l’auteur, j’examinerai comment ces deux notions ont évolué en dialogue avec différents ouvrages théoriques. Qui plus est, je tenterai de montrer comment la théorie acquiert progressivement une fonction spécifique dans la pratique artistique de Debord, occupant la place laissée vide par l’abandon situationniste de l’œuvre d’art.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Dérive et psychogéographie
La situation construite et le jeu
Phénoménologie et phénoménopraxis
À côté de l’existentialisme
La situation et la théorie des moments
Le paradoxe de l’art situationniste

Aperçu du début du texte

Guy Debord n’a pas été simplement un artiste-théoricien, au sens où l’on peut dire de certains artistes qu’ils ont théorisé leur pratique ou se sont servi de la théorie comme élément de leur art. Il a bien été artiste et théoricien à part entière. Ayant débuté en 1952 au sein de l’avant-garde lettriste, sa première œuvre étant un « anti-film  » sans images, Hurlements en faveur de Sade, il finit par devenir célèbre grâce à l’ouvrage théorique qu’il écrit vingt ans plus tard, La Société du spectacle (1967). Debord a cependant tenté de se distancer de l’image du théoricien : « Ils ont l’air de croire, à présent, les petits hommes, que j’ai pris les choses par la théorie, que je suis un constructeur de théorie » – ironise-t-il avec mépris dans son dernier long-métrage, In girum imus nocte et consumimur igni (1978). Malgré cela, dans plusieurs pays où l’on connait mal le passé du fondateur de l’Internationale situationniste, c’est davantage par sa théorie que Debord reste connu. En Fran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Ferreira Zacarias, « Le paradoxe situationniste : la fonction de la théorie dans l’art de Guy Debord », Marges, 22 | 2016, 10-22.

Référence électronique

Gabriel Ferreira Zacarias, « Le paradoxe situationniste : la fonction de la théorie dans l’art de Guy Debord », Marges [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://marges.revues.org/1066 ; DOI : 10.4000/marges.1066

Haut de page

Auteur

Gabriel Ferreira Zacarias

Gabriel Ferreira Zacarias est docteur en Littérature comparée et Esthétique des universités de Perpignan et Bergame. Il est actuellement post-doctorant à l’Université de São Paulo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • Revues.org